Prise de conscience

D’abord qu’est-ce qu’une prise de conscience ?

Une brève recherche de définition sur internet ne permet pas se satisfaire notre curiorisé. Définition selon http://dictionnaire.sensagent.leparisien.fr/prise%20de%20conscience/fr-fr/, il s’agit du ‘fait de conscientiser’. Et conscientiser nous indique qu’il s’agit du ‘fait de prendre conscience’. Bref, on tourne en rond 😉

Prendre conscience est le fait d’amener à ma conscience, à mon mental, quelque chose à mon sujet, à l’égard de quelqu’un d’autre, ou sur un événement ou un fait. Le fait de prendre conscience amène un éclairage nouveau par rapport à une situation x.

Les gens associent les prises de conscience à la douleur, car parfois, ces prises de conscience se font par rapport à des situations difficiles, des relations parfois toxiques, etc. Il va de soit que lorsque la prise de conscience se fait suite à des années de déni, c’est douloureux et la terre semble trembler.

Mais on peut prendre conscience d’éléments nous concernant, de la répétition de certains comportements, pensées ou paroles qui peuvent être bénéfiques ou non.

Oui on peut prendre conscience d’exprimer notre colère de façon trop tranchée par exemple, mais on peut prendre conscience aussi des pas franchis, des éléments positifs que nous avons apportés à nos vies, du chemin parcouru, de la meilleure personne que nous sommes devenues, etc.

Certains parmi nous laissons la vie se charger de nous amener au point de non retour. Lorsque la prise de conscience devient une question de survie, elle à un effet de coup de massue dans le front. Mais pour en arriver à ce point, l’honnêteté envers nous même nous démontre que nous avons fait preuve d’aveuglement et de déni à plusieurs occasions.

Certains autres, font des prises de conscience dans les moments où ils se détendent, les vacances, les congés des Fêtes. Occupés dans le rythme de vie effréné des occidentaux, ce sont lors de ces moments qu’ils sont le plus en contact avec leur intérieur. Ainsi parfois se manifeste des prises de conscience d’éléments à modifier dans leur vie.

D’autres encore, probablement ayant vécu les deux étapes précédentes à de multiples reprises ou faisant preuve de sagesse naturelle, vont tenter de se créer un temps pour soi. Un temps pour penser, un temps pour écrire, afin d’aller puiser naturellement et en douceur dans le réservoir ininterrompu des évènements quotidiens pour effectuer des prises de conscience.

On dit souvent que prendre conscience constitue la moitié du chemin. Comment changer ce que l’on peut lorsque l’on ne sait même pas de quoi il s’agit.

En fait la prise de conscience s’effectue en 2 temps. Soit prendre conscience avec son mental, processus d’intellectualisation. Ce n’est qu’ensuite que l’on intègre en soi cette information. Parfois ces deux étapes se déroulent à peu d’intervalle de temps, parfois l’intégration en soi peut prendre des années. On peut savoir quelque chose avec sa tête mais le chemin est parfois long avant que l’information soit intégrée dans le cœur.

Si votre prise de conscience ne vous a pas remuée les entrailles ou quelque peu ébranlée, il est possible qu’elle ne soit encore que dans son processus mental. Éviter de s’en vouloir du fait que la prise de conscience ne soit encore que dans cette étape. Dites vous bien que votre être sait ce qu’il fait et qu’au moment venu cette connaissance descendra au niveau du cœur et du plexus solaire et s’intègrera en vous (d’un autre côté, il est souhaitable de tenter de ne pas tomber dans le piège d’un positivisme à l’excès et d’éviter le déni par rapport à nos réalités terrestres).

Une fois que l’intégration se fait au niveau de l’être, c’est à ce moment que les changements commenceront à émerger, que la situation commencera à changer, que votre vision s’élèvera, que le processus de transformation opèrera. Nul besoin de tirer sur la carotte pour la faire pousser plus rapidement.

Il n’y a pas de limite quant aux prises de conscience que l’on puisse faire dans notre existence, ni aux bénéfices escomptés de tenter d’apporter un éclairage nouveau sur ce que nous vivons, autant intérieurement qu’extérieurement.

C’est ainsi que l’on grandi et que l’on gagne en sagesse et maturité, nos prises de conscience nous amènent à évoluer, à prendre la responsabilité de ce que l’on crée dans sa vie et à agit en conséquence.

À la suite de cette lecture, sauriez vous identifier dans votre vie votre mode de fonctionnement habituel de prise de conscience? Faites vous preuve de sagesse et d’écoute envers vous?

Nous imaginons assez bien que vos prises de conscience furent parfois très douloureuses mais avec le recul, quels bénéfices en avez vous tiré dans votre vie? Avez vous découvert des trésors sous les fruits amères des blessures?

Les prises de conscience sont aussi cyclique et les plus importantes arrivent, curieusement, à certains intervalles de temps? L’avez vous remarqué dans votre vie?

Peut être avez vous des moyens que vous utilisez (écriture, art, poésie, expression corporelle, etc.) qui vous aide à prendre conscience de certaines choses. Quels sont-ils?

N’hésitez pas à commenter, nous sommes toujours très heureux de vous lire.

Nous vous souhaitons du temps pour vous, pour croître et grandir.

Manon et Claude

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s